Les Plans de l’Ipear 38

Les Plans de l’Ipear 38

Le Prix Coup de coeur 2022 (niveau collège) a été décerné par un jury de collégiens à Grégoire HENRY, Adrien LOISELET, Paul LOUDOT, Basile DE BOISSIEU, lustin LUPEI, Félix MONZIE, Marc-Antoine QUELIN 

                          

La grande silhouette de Prométhée se détachait sur le ciel orangé de ce soir de printemps. Il marchait fièrement, avec son costume de groom et son attaché-case à la main, petit mélange de Spirou et d’homme d’affaire, se dit-il ironiquement en montant dans sa  Bentley noir onyx. C’était un petit bijou de collection ayant autrefois appartenu à son arrière-grand-père. Il fit comprendre à son chauffeur, d’un petit geste de la main, de le conduire à son aéroport privé de toute urgence. Il regarda défiler par la fenêtre toutes les maisons de la ville de Cupertino, bercé par le vrombissement de sa voiture et le crissement des pneus sur l’asphalte.

C’est alors que sa voiture fit une embardée : On y est, Monsieur Prométhée, lui dit Marcus, son chauffeur, homme d’une quarantaine d’année avec un fort embonpoint, et un sens de l’humour inhabituel, bien que toujours bienvenu. Prométhée sortit alors d’un pas rapide, et se dirigea vers les grandes portes du « PPA », Prometheus Private Airport, comme il aimait l’appeler, qu’il déverrouilla avec l’aide de ses empreintes digitales. Il marcha une trentaine de mètres et monta dans son avion privé. Quelques dizaines de minutes plus tard, il survolait déjà la zone internationale, il était hors de portée des agents fédéraux. Il pensa à toutes ces personnes qui se coucheraient ce soir-là sans savoir qu’un des plus grands vols de l’histoire de l’humanité vient d’être commis : cet homme, dans son costume de garçon d’hôtel des années 90 est actuellement l’homme le plus recherché des Etats-Unis.

Cela faisait plusieurs mois qu’il comptait s’introduire dans l’Ipear Park. Son plan tout préparé, ce n’était plus qu’une question de temps avant qu’il puisse le réaliser. Son idée était simple : Dérober les plans du futur Ipear 38 pour les revendre par la suite à Wuawei, société chinoise concurrente. Il s’était en effet introduit dans l’Ipear Park  sous une couverture de réparateur d’ascenseurs. Une fois au dernier étage, il avait piraté le système informatique de la société pour voler les plans de l’Ipear 38.

Il atterrit ensuite à l’aéroport de Hong Kong, où un agent des services secrets chinois l’attendait. Après une course à 130km/h dans le centre-ville, il arrive devant l’Hôtel International. L’agent le conduit dans une grande salle de conférence aux murs vert et or décorés de dragons d’eau chinois et des statuettes antiques de fort bon goût, où il rencontre le chef de la MSS. Prométhée s’avance sur une dizaine de mètres et lui tend la précieuse clé USB. Shétou shì shuǐjīng  s’avance à son tour, d’un pas lent, beaucoup trop lent et saisit enfin le précieux objet. Son interprète se tourne vers Prométhée et lui tend une mallette en titane, contenant le précieux chèque d’une valeur de 6 milliards de yens. Prométhée reste stoïque, prend la valise d’un air neutre et repart aussitôt. Une fois à l’extérieur, il laisse échapper un cri de victoire et part en courant en direction de son jet qu’il dirige vers les îles Galapagos, coupées de la civilisation moderne et ignorant sûrement le vol des codes de l’Ipear 38.

Malheureusement, lui qui croyait avoir été discret avait été repéré par l’électricien et le plombier qui travaillaient ensemble à la rénovation de l’aile gauche. Une fois au courant du vol, ils avaient cité toutes les personnes qu’ils avaient vues ce jour-là dont notre voleur, qui fut identifié par la suite car absent sur les registres de l’Ipear Park. Le mystérieux patron d’Ipear envoya alors à sa recherche une brigade de mercenaires, qui le ramenèrent dans la banlieue de San Francisco au bout de seize jours, dans une salle d’un entrepôt délabré : La pièce était vide et les murs nus. Prométhée fut accroché à une chaise et attendit ainsi pendant une durée qu’il estima par la suite de quatre ou cinq heures​.

Tout à coup, une forte lumière aveuglante s’alluma, Prométhée ferma instinctivement les yeux, tandis que résonna dans la salle une voix grave et puissante : Tu as été jaloux de moi, tonitrua-t-elle, et pour cela mes mercenaires t’infligeront la plus cruelle des punitions. Mon robot préféré, Eagle 381, t’arrachera le foie chaque jour de ta vie jusqu’à ta mort !

Prométhée, d’abord abasourdi, leva le regard vers la voix, et découvrit avec stupéfaction l’hologramme de Steve Jobs, le mythique patron d’Ipear, mort depuis un siècle.

Cela fait maintenant six longues semaines que Prométhée endure héroïquement la torture d’Eagle 381, enfermé dans la salle H32, dite « du Caucase ». Mais notre voleur n’est pas décidé à mourir enfermé dans une cellule perdue de l’Ipear Park : C’est pourquoi, juste avant d’être capturé, il avait demandé à son grand ami Hérak Lès, jeune informaticien japonais, d’essayer de le sauver le plus vite possible. Celui-ci avait depuis travaillé nuit et jour sur son futur projet, Arrow 65, un virus injectable à distance, dans le but de pirater le terrible robot Eagle 381.

Au début, Prométhée ne s’en rendit pas compte : la machine de torture ne venait plus lui picorer le foie. Ce fut environ deux heures trente après qu’elle eut dû passer qu’il comprit que son jeune complice avait enfin réussi son idée innovante : Le projet Arrow 65 avait fonctionné, et Eagle 381 était définitivement hors d’état de nuire. Prométhée se laissa tomber au sol et hurla de douleur. Un immense garde entra vérifier l’état du prisonnier, car son patron avait décrété qu’il ne devait surtout pas mourir : il détenait une information capitale quant à l’avenir de la société Ipear. Prométhée sourit malicieusement, se releva et assomma immédiatement son geôlier d’un grand coup de sa chaise en fonte sur le crâne. Après l’avoir déshabillé, il récupéra ses vêtements, et prit son talkie-walkie, avec lequel il appela son fidèle pilote, tandis qu’il revêtait les vêtements du gardien. Il sortit ensuite tout simplement de la salle H32, courut en direction du bureau de Steve Lobs et détruisit d’un coup de pied la très fragile pierre de mégalithe qui projetait l’hologramme du patron d’Ipear : il était enfin mort.

Prométhée est maintenant devenu un riche et influent homme d’affaires et politicien des Etats-Unis et il a un plan pour le devenir encore plus : voler les plans de l’Ipineapple 64 et de les revendre à Samsoul, société concurrente…


 


Professeur référent : Isaline Géhin – (Collège Notre-Dame de Mâcon)

One thought on “Les Plans de l’Ipear 38

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.