#laileoulacuissedejupiter : les recettes du chef Aetos

#laileoulacuissedejupiter : les recettes du chef Aetos

Le Prix de l’AFPEAH 2022 (niveau collège) a été décerné à Manon DUFEY, Inès FISSON, Lucie HOORNAERT, Ismaïl MWEMBO et Giuliano THOMAS 

Chers lecteurs de mon blog #laileoulacuissedejupiter, vous avez été nombreux à me réclamer la recette d’un plat dont, je l’avoue, je ne suis pas peu fier… En exclusivité pour vous et pour vous remercier de votre indéfectible fidélité, moi, le chef Aetos, aigle impérial de sa Majesté Jupiter, chef attitré des cuisines de l’Olympe, je vous propose aujourd’hui la recette du… mythique foie gras du Caucase !

La première étape est de loin la plus délicate : il faudra vous procurer un foie. Attention : vous ne pourrez, pour obtenir le mets divin que vous convoitez, vous contenter de l’organe médiocre d’une bête mortelle élevée dans de quelconques pâturages. Non, le foie que vous cuisinerez devra répondre à deux exigences : d’abord, il doit s’agir d’un foie de titan. Point de faux gras de cyclope ou de géant ! Ensuite, il devra porter l’appellation d’origine contrôlée : « foie du Caucase ».

Deuxième étape : vérifier la qualité du produit en le goûtant cru. Pour ma part, j’ai utilisé le foie du célèbre titan Prométhée. En effet, celui-ci présente plusieurs avantages. D’abord, il se distingue par une texture ferme, à l’instar de la détermination de son propriétaire. Ensuite, ce foie, traîné par Prométhée jusqu’au fond de la forge d’Héphaistos, dans laquelle il déroba le feu pour en faire don aux hommes, ravit les papilles par son goût délicatement fumé. Dernière qualité, et non la moindre : les titans étant immortels, leur foie se régénère sans cesse. A vous les festins gargantuesques !

Picorer cru le foie que vous vous apprêtez à cuisiner doit aussi vous permettre de déceler d’éventuelles aigreurs, qu’il faudra absolument neutraliser dans votre recette. Ainsi, le foie de Prométhée pêche par un goût fort déplaisant de bile, l’organe ayant subi de plein fouet les tracas de son hôte. Tout comme un boeuf maltraité et stressé donnera une viande de piètre qualité, il ne doit pas vous étonner que l’anxiété du titan, qui a dû réparer les dégâts causés par l’étourderie de son frère, ait des répercussions néfastes sur son foie. Quelle quantité de bile a-t-il dû sécréter quand il a découvert qu’Epiméthée avait épuisé pour les animaux toute la réserve de griffes, cornes, fourrures et autres défenses naturelles et qu’il avait laissé l’homme entièrement démuni ! Mais laissons-la cette fâcheuse histoire et poursuivons notre recette !

Si votre titan présente aussi ce défaut, je vous recommande de le gaver afin d’enrichir son foie. Ainsi, pour le bien de l’art culinaire, j’ai désobéi aux directives de mon patron, Zeus, et pris l’initiative de nourrir Prométhée au lieu de le manger ! Voici la technique la plus efficace pour obtenir un foie doux et savoureux : introduisez dans le jabot du titan un embuc, sorte de tube inventé par les hommes pour gaver les canards (vous vous en procurerez aisément un chez un fournisseur spécialisé en restauration humaine). A l’aide de cet ustensile, vous pourrez lui faire avaler de force une ration quotidienne de maïs.

Au bout de quelques jours, vous le verrez reprendre des couleurs, signe que le foie s’engraisse. Pour savoir quand celui-ci est mûr, prêtez une oreille attentive aux verbiages du titan : lorsqu’il est mal en point, il ne fait que gémir. Quand la santé lui reviendra, il cherchera à vous amadouer, se faisant passer pour le protecteur des cuisiniers ! Par exemple, Prométhée s’est mis à se payer la tête de mon patron et à ressasser une histoire incompréhensible de sacrifice, dans laquelle il prétendait avoir mystifié Zeus et offert aux hommes les meilleures parts de la viande au détriment des dieux. Allez comprendre! Puis, quand le foie approchera de la saturation de graisse, vous entendrez son propriétaire philosopher avec sérénité : mon titan a, lui, développé un long monologue sur les hommes, leurs progrès, leur grande intelligence… Finalement, lorsque, sous l’influence de la fièvre, la folie s’emparera du vôtre, considérez qu’il est à point ! Pour Prométhée, son délire s’est traduit par des cris d’alerte adressés à son frère, Epiméthée, l’avertissant, si j’ai bien compris, de ne surtout pas épouser je ne sais quelle Pandore !

C’est à ce moment que j’ai mis un terme à ces vaticinations ! Pour assurer une découpe parfaite et une extraction soigneuse du foie, je vous conseille de faire appel à un boucher. A ce propos, n’hésitez pas à cliquer sur le lien[1] suivant (https://www.classtools.net/FB/202202-KV5V5f) pour accéder à la page Facebook d’Hercule, spécialisé dans l’abattage de bêtes sauvages !

Le reste est un jeu d’aiglon : à l’aide d’outils en fer développés par les hommes depuis que Prométhée leur a enseigné la métallurgie, grattez votre foie de titan afin d’en retirer les veines et les traces de sang. Salez, poivrez et emballez puis réservez-le au frais jusqu’au lever d’Hélios. Enfin, cuisez-le un quart d’heure au bain-junon avant de le laisser se régénérer dans les bras de Morphée…

Voilà terminée la recette du mythique foie gras du Caucase ! Foi d’aigle ! Vous allez vous régaler ! Retrouvez-moi la semaine prochaine pour découvrir un nouveau plat divin : le somptueux rôti d’épaule de Pélops à la mode Tantale ! Si vous avez apprécié cet article, n’hésitez pas à liker, partager, commenter… et surtout vous abonner ! A bientôt, les moineaux !

#foieducaucase #cuisinemoiuntitan #topchefaetos #votezpournous


[1] Le lien fonctionne vraiment ! Vous pouvez aussi scanner le QR code pour consulter la page Facebook du boucher Hercule…


Professeur référent : Johanna Pellegrini – Athénée royal de Marche, Belgique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.