640 mots à lire et à faire lire à vos enfants

640 mots à lire et à faire lire à vos enfants

Les écrans offrent des possibilités de loisirs, de découvertes et d’échanges extraordinaires mais présentent aussi des dangers réels.
Voici une synthèse de conseils et d’informations utiles.

 Attention! Certains réseaux sociaux exigent un âge minimal à l’ouverture d’un compte : 13 ans pour Tik Tok ou Instagram, par exemple.
Attention aux informations que vous relayez!
Le premier qui a posté une information n’est pas le seul responsable : tous ceux qui l’ont relayée le sont autant.
Ne jamais faire de commentaire désagréable sur un camarade. Sachez qu’une injure sur internet est punie d’une amende qui peut atteindre
12 000 € (et même davantage dans certains cas).
Vos publications sont vues par tous et ne disparaissent jamais vraiment : Ne publiez jamais de photos ni de contenus gênants de vos amis, de votre famille ou de vous-même, car leur diffusion est incontrôlable. Sur internet, tout le monde a accès à ce que vous mettez en ligne. Ainsi, même si les Snaps sont conçus pour disparaître, un « ami » peut toujours en faire une capture d’écran ou les prendre en photo.
Je ne donne pas de rendez-vous à des inconnus; je préviens mes parents si un inconnu veut me parler, me voir ou s’il m’envoie des images choquantes.
Je n’ouvre jamais les messages ou fichiers provenant d’inconnus, je ne clique pas sur des liens que je ne connais pas (attention aux virus)! 

L’usage excessif de la télévision, d’internet et des jeux vidéo a été mis en relation, chez l’enfant, avec une plus grande consommation de nourriture sucrée et un accroissement de l’obésité.
Attention à la lumière bleue! La lumière bleue des écrans a des effets phototoxiques (risque de dégénérescence maculaire liée à l’âge – DMLA) or, les yeux des enfants sont particulièrement fragiles car ils ne filtrent pas complètement la lumière bleue.
Myopie : « On travaille aujourd’hui beaucoup sur les écrans et de plus en plus près. Le fait de faire jouer ses enfants dehors tous les jours peut par exemple contrer l’apparition de la myopie. » Pr Nicolas Leveziel, CHU de Poitiers, membre de l’Observatoire sur le bon usage des écrans.
Les enfants et les adolescents peuvent être particulièrement influencés par ce qu’ils voient sur un écran, ce qui peut avoir une incidence sur leurs croyances et leurs comportements. Certains contenus sont inappropriés (violence, pornographie…), d’autres propagent des informations fausses. L’enfant peut avoir du mal à faire la part des choses.

Une consommation excessive d’écrans peut affecter les résultats scolaires de plusieurs manières. Elle a un impact sur l’activité physique, le sommeil (le rôle négatif de la lumière bleue est ici essentiel), mais elle a également un impact sur la concentration, la mémoire et sur les devoirs. Si l’enfant dort moins, son cerveau aura plus de mal à classer et fixer les acquis de la journée, car c’est pendant le sommeil qu’il fait ce travail. 
Une utilisation excessive d’écrans peut affecter la structure et la fonction cérébrale, comme le montrent les études d’imagerie menées auprès d’enfants et d’adolescents de 5 à 18 ans.
Si certains types de jeux vidéo peuvent améliorer les capacités d’attention, d’autres études suggèrent que les jeux vidéo affectent négativement les performances scolaires. Les jeunes enfants exposés aux écrans le matin avant l’école et qui discutent rarement, voire jamais, du contenu des écrans avec leurs parents multiplient par 6 leur risque de développer des troubles primaires du langage.
Une étude récente portant sur des enfants âgés de 8 à 9 ans a mis en évidence l’impact négatif de la  consommation d’écrans sur la maîtrise de la lecture et du calcul.
Enfin, il faut savoir que les enfants comprennent mieux ce qu’ils lisent sur un support papier.

 « Permettre aux enfants d’accéder à la lecture est la seule façon de bien les préparer à la maîtrise du numérique. » Karine Mauvilly


 Sources :
1) https://lebonusagedesecrans.fr
2) https://www.clemi.fr/guide-famille/guide-pratique-la-famille-tout-ecran-2.html
3) Philippe Bihouix et Karine Mauvilly, Le Désastre de l’école numérique.
4) Electronic media use and academic performance in late childhood: A longitudinal study, septembre 2020.
5) Anaïs Moutot, « L’addiction aux réseaux sociaux, nouveau fléau de santé publique ».
6) « Don’t throw away your printed books: A meta-analysis on the effects of reading media on reading comprehension », 2018 etc…

_________________________________

Nous avons rédigé un panneau A4 avec fond blanc en vue d’une diffusion auprès des scolaires et de leurs parents.
Il figure ci-dessous:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.