Archives de
Étiquette : Lecture

Réécritures indigentes

Réécritures indigentes

S’intéressant à la réécriture des Club des cinq d’Enid Blyton (passage du passé au présent, remplacement du « nous » par « on », modification de certains titres…), Jean-Michel Delacomptée (Notre Langue française, Fayard, 2018, 125) met en évidence l’érosion des descriptions dans les versions les plus récentes. Il cite, par exemple, le passage suivant  qu’il compare à sa version de 2006 : Édition de 1955 : « Puis, ce fut le matin du départ. Dans une atmosphère de bruyante allégresse, les élèves de Clairbois achevèrent de boucler…

Lire la suite Lire la suite

Lire-écrire : quand l’école de la bienveillance renonce à l’exigence.

Lire-écrire : quand l’école de la bienveillance renonce à l’exigence.

Témoignage d’un parent d’élèves, professeur des écoles, devenu professeur de lettres. (Conférence donnée lors du Colloque de l’AFPEAH du 12 octobre 2019) Je suis professeur et mère de trois enfants (deux en lycée, une au collège). Après avoir enseigné en primaire pendant 13 ans, je suis devenue professeur de français et de latin en 2013 dans un petit collège rural. Depuis cette année, j’enseigne en lycée… Si j’ai tenu à apporter ma contribution à ce colloque c’est avant tout dans…

Lire la suite Lire la suite

Lexique : Laisserons-nous le monde se décolorer?

Lexique : Laisserons-nous le monde se décolorer?

« Bourrage de crâne » et problèmes de vocabulaire Alors que les détracteurs de l’instruction associent l’acquisition de connaissances à du « bourrage de crâne » et présentent Internet comme le remède à tous les maux, nous continuons à affirmer que la Toile ne constitue pas une panacée. Ne serait-ce que parce que les difficultés en vocabulaire de nos élèves leur portent  préjudice quand ils font des recherches. Rien d’étonnant à cela, car « lorsque nous lisons un texte inconnu, nous avons besoin de connaître…

Lire la suite Lire la suite

Pédagogie du défi et dette symbolique

Pédagogie du défi et dette symbolique

François Rastier, Directeur de recherche au CNRS, frastier@gmail.com http://www.revue-texto.net (Illustration 1. Bureau de l’éditeur Christophe Plantin, Photo de François Vaucluse, Anvers, 2019, détail ) (Conférence donnée lors du Colloque de l’AFPEAH du 12 octobre 2019) « La vie humaine n’est point une lutte où des rivaux se disputent des prix ; c’est un voyage que des frères font en commun, et où chacun employant ses forces, en est récompensé par les douceurs d’une bienveillance réciproque, par la jouissance attachée au sentiment d’avoir…

Lire la suite Lire la suite

Que faire lire à nos enfants?

Que faire lire à nos enfants?

Partout nous lisons et entendons qu’il faudrait lire, jusqu’au sein du Ministère de l’Éducation Nationale car le livre aurait de nombreuses vertus. Il soignerait de tout : du stress, de la dépression, de l’insomnie et nous protègerait même d’Alzheimer. Il nous permettrait d’améliorer notre vocabulaire, notre orthographe, nos connaissances, notre mémoire, notre concentration, nos capacités d’analyse ou de  rédaction. Il développerait notre créativité  et notre imaginaire. Il nous rendrait altruiste, empathique selon toutes les études scientifiques. Mais de telles louanges…

Lire la suite Lire la suite

Lire le temps avec les Anciens

Lire le temps avec les Anciens

Cécilia Suzzoni (Conférence donnée lors du Colloque de l’AFPEAH du 12 octobre 2019) Je souhaiterais d’abord dire un mot pour éclairer le libellé que j’ai proposé pour cette intervention : « Lire le temps avec les Anciens ». Les Anciens constituent le corpus linguistique et littéraire – dans son acception la plus large – de ce fonds humaniste, gréco-latin, qui a irrigué le champ du savoir culturel, d’hier à aujourd’hui. Une innutrition nourrie de la verticalité, de la profondeur insufflées par l’autorité du…

Lire la suite Lire la suite

Lecture: Les jeunes comprennent mieux ce qu’ils lisent sur un support papier

Lecture: Les jeunes comprennent mieux ce qu’ils lisent sur un support papier

« Don’t throw away your printed books: A meta-analysis on the effects of reading media on reading comprehension ».  Cette étude récente constate que nous comprenons mieux quand nous lisons sur papier, en particulier dans des conditions temporelles limitées, et, contrairement à ce que nous pourrions penser intuitivement, cet écart est plus important encore chez les jeunes. Pour être clair, les nouvelles générations comprennent mieux que les générations antérieures ce qui figure sur papier que ce qui figure sur un écran. Cette tendance s’est…

Lire la suite Lire la suite