Communiqué concernant l’arrêté de réforme du Capes

Communiqué concernant l’arrêté de réforme du Capes

Attachés à la promotion pour tous d’un enseignement scolaire et universitaire ambitieux, instructif, humaniste et républicain, nous avons découvert avec stupeur et inquiétude les modifications concernant le Capes, publiées au Journal officiel n°0025 du 29/01/2021.

Nous pensons qu’un enseignement de qualité doit être exigeant et cohérent.  Nous défendons un enseignement dont les fondements seraient la maîtrise nécessaire de la lecture et de l’écriture, l’instruction et la transmission des savoirs, des connaissances, de la culture et des humanités.

À ce titre nous défendons tout particulièrement les disciplines, du collège à l’université : les lettres, les langues anciennes, les langues vivantes dans leur diversité, l’histoire, la géographie, la philosophie, les sciences, les techniques et les arts.

Selon nous, citoyens, parents, enseignants, membres de l’AFPEAH, il ne peut y avoir d’enseignement de qualité sans transmission de contenus disciplinaires fiables, précis, aux élèves. Seule une telle transmission peut permettre à ces derniers de maîtriser les multiples facettes du monde dans lequel ils vivent, de se forger une opinion critique, de s’exprimer en tant que citoyens avisés.

Il nous semble donc tout à fait fondamental que le Capes continue à accorder aux savoirs disciplinaires l’attention qu’ils méritent.

À titre d’exemple, en lettres modernes, les deux épreuves orales d’admission permettaient d’évaluer la capacité du candidat à s’exprimer avec clarté et précision, mais également à « réfléchir aux enjeux scientifiques, didactiques, épistémologiques, culturels et sociaux que revê[tait] l’enseignement du champ disciplinaire du concours, notamment dans son rapport avec les autres champs disciplinaires ».
L’épreuve d’analyse d’une situation professionnelle était ancrée dans le champ disciplinaire. Était ainsi évaluée la capacité du candidat à analyser des textes et des documents, à les inscrire dans une démarche d’apprentissage en lien avec les programmes et à proposer une séance de cours susceptible d’intéresser les élèves…
L’autre épreuve orale d’admission du capes externe supposait également que le candidat maîtrise les programmes disciplinaires ainsi que la technique de l’explication de texte, exercice sans lequel le professeur de lettres n’a pour ainsi dire presque plus de raison d’être. Littérature et grammaire étaient au centre du propos. L’entretien avec le jury visait à vérifier « la capacité du candidat à mobiliser une culture littéraire, artistique et grammaticale pour l’adapter à un public ou à un contexte donné, et à dire comment il aborderait pour un niveau de classe donné le texte et la question de grammaire proposés. » (https://www.devenirenseignant.gouv.fr/cid98573/les-epreuves-du-capes-externe-et-du-cafep-capes-section-lettres.html)

Désormais, l’article 8 de l’arrêté de réforme suppose le remplacement de l’épreuve de spécialité par un entretien visant à interroger le candidat :

« sur [sa] motivation […] et son aptitude à se projeter dans le métier de professeur au sein du service public de l’éducation.
L’entretien comporte une première partie […] débutant par une présentation […] par le candidat des éléments de son parcours et des expériences qui l’ont conduit à se présenter au concours en valorisant notamment ses travaux de recherche, les enseignements suivis, les stages, l’engagement associatif ou les périodes de formation à l’étranger. Cette présentation donne lieu à un échange avec le jury.
La deuxième partie de l’épreuve […] doit permettre au jury, au travers de deux mises en situation professionnelle, l’une d’enseignement, la seconde en lien avec la vie scolaire, d’apprécier l’aptitude du candidat à :
– s’approprier les valeurs de la République, dont la laïcité, et les exigences du service public (droits et obligations du fonctionnaire dont la neutralité, lutte contre les discriminations et stéréotypes, promotion de
l’égalité, notamment entre les filles et les garçons, etc.) ;
– faire connaître et faire partager ces valeurs et exigences. »

Journal officiel électronique authentifié n° 0025 du 29/01/2021

Notons au passage que pour les candidats de langues vivantes étrangères ou régionales, se présentant au Capes « l’entretien se déroule en français. »

Nous remarquons également que

« Pour la seconde épreuve d’admission du concours externe, du concours externe spécial et du troisième concours décrite aux articles 8 et 10 (épreuve d’entretien), le jury comprend des personnels administratifs relevant du ministre chargé de l’éducation nationale, choisis en raison de leur expérience en matière de gestion des ressources humaines. »

Journal officiel électronique authentifié n° 0025 du 29/01/2021

Cette précision figurant à l’article 3 montre que la maîtrise des contenus disciplinaires est désormais accessoire. Le futur professeur sera un enseignant capable de réciter un credo sans nuances. En connaîtra-t-il l’origine et les déclinaisons historiques, littéraires…, en mesurera-t-il les stratifications contradictoires ?

Il maîtrisera les textes administratifs à défaut de maîtriser sa propre discipline.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.